PRÉSENTATION

DE LA VILLA SAINT CAMILLE

Les Fondements

Saint Camille de Lellis (1550-1614)

Cet adolescent italien, né à Bucchianico, près de Thienne dans les Abruzzes, au royaume de Naples, orphelin et sans fortune, il eut une jeunesse dissipée.
Il s'engagea dans l'armée espagnole pour combattre les Turcs. Un jour de malchance, il perd au jeu tout ce qu'il possède. On le renvoie de l'armée. Il fait alors tous les métiers pour aboutir comme homme de service dans un couvent de capucins. Et c'est là qu'il se convertit. Comme il ne fait rien à moitié, il y demande son admission. Mais un ulcère incurable à la jambe lui interdit l'état religieux. Camille entre à l'hôpital Saint-Jacques de Rome pour se faire soigner. Il est si frappé par la détresse des autres malades qu'il s'y engage comme infirmier. L'indifférence de ses collègues vis-à-vis des malades le bouleverse. Il entreprend de réformer tout cela. En prenant soin des malades, ce sont les plaies du Christ qu'il soigne. Sa charité rayonnante lui attire de jeunes disciples.

Ces volontaires, qui se réunissent pour prier ensemble et rivalisent de tendresse envers les malades, constituent le noyau initial des Clercs Réguliers des Infirmes que l'on appellera familièrement par la suite les "Camilliens". C'est en 1586 que le pape Sixte Quint reconnaît la Congrégation et autorise le port de la grande Croix rouge sur leur soutane. La mission de ces nouveaux religieux, pères et frères, est l'exercice des œuvres spirituelles et corporelles de miséricorde envers les malades, même atteints de la peste, tant dans les hôpitaux et prisons que dans les maisons privées, partout où il faudra. Pour mieux établir son Institut, Camille devint prêtre. Partout où se déclare une peste, il accourt ou envoie ses frères. Il finit par mourir d'épuisement à Rome. "Rappelez-vous que les malades sont la pupille et le cœur de Dieu et que ce qui est fait à ces pauvres est fait à Dieu".

Saint Camille

Saint Camille

Saint Camille

Saint Camille

Saint Camille

Saint Camille

Saint Camille

Saint Camille

Saint Camille

L'Ordre des Camiliens

Le signe distinctif de l’Ordre est la croix rouge Camillienne, symbole de l’amour du Christ rédempteur pour tous les hommes. Quatre vœux : chasteté, pauvreté, obéissance, ainsi que celui de soigner les malades, même contagieux.

Les origines de la Villa de 1883 à 1946

En 1883, le père Virgili, religieux Camillien arrive d’Italie avec pour mission de trouver un endroit où établir une maison de repos et de convalescence sur la Côte d’Azur où le climat semblait avoir fait ses preuves en la matière.

 

Il fait alors la rencontre d’un jeune couple lyonnais établi à la Pointe de la Galère, juste en face de l’actuelle Villa Saint Camille, qui cède au père Virgili un morceau de terrain pour le franc symbolique en contrepartie de la construction d’une chapelle par les religieux Camilliens où l’Ordre s’engage à assurer un service religieux. La maison de repos, baptisée Villa Saint Camille, est inaugurée en 1886 et la chapelle se construit. Jusqu’en 1946, la Villa reçoit seulement quelques malades fatigués dans le cadre de sa vocation d’accueil (par la santé et le repos).

 

Le centre familial de vacances de 1946 à 1977
En 1946, le père Gottelman, est nommé directeur de la Villa et ouvre celle-ci à l’accueil des familles. La Villa prend un nouvel essor et s’adapte à sa nouvelle fonction de Maison de Vacances. Elle accueille des vacanciers à revenus modestes. Les personnes âgées, nombreuses parmi les vacanciers, vont petit à petit émettre le souhait de résider définitivement à la Villa.
A partir de 1972, la Villa accède à leur demande et la même année, l’association « Villa Saint Camille » est créée. Dès lors les activités de maison familiale de vacances et d’hébergement des personnes âgées se cumulent. De plus les personnes en difficulté financière peuvent venir déjeuner à la Villa.

L'impulsion d'un entrepreneur de 1977 à 1980

René Muller, futur directeur de la Villa, conçoit un projet visionnaire pour répondre aux questions d’urgence sociale liant d’une part le sort des personnes âgées et celui des jeunes en difficulté. Il sera donc l’initiateur de ce concept novateur et en assurera la mise en œuvre. René Muller présente son projet devant le conseil de la Villa qui l’accepte et devient animateur de la Villa chargé de la mise en place concrète du projet. Les jeunes hébergés arrivent, participent aux travaux extérieurs, les personnes présentes sont incitées à s’inscrire dans une dynamique du « Vivre ensemble ».

La mise en place du concept de 1981 à 1989

La solidarité devient plus forte entre les 3 populations accueillies et les interactions se développent entre les résidents aînés permanents, les vacanciers et les personnes en difficulté sociale. Le nombre de jeunes et de personnes âgées augmente et la maison familiale de vacances continue son fonctionnement.
Les pouvoirs publics interviennent en 1984 et la DDASS propose en 1988 d’officialiser la reconnaissance de la Villa comme lieu d’expérimentation du vivre ensemble.
Le projet arrive à un nouveau croisement du fait des normes de sécurité qui obligent à prendre en compte les équipements, des besoins de financement nécessaires pour atteindre une taille optimum, des nouvelles stratégies d’aide sociale. Un statut expérimentale mixte est reconnu en 1989, mêlant maison de retraite, centre d’hébergement et de réinsertion sociale (C.H.R.S) et maison familiale de vacances.

Le projet immobilier de 1989 à 1992

Face à l’évolution de la réglementation, se pose la question importante du respect des normes en vigueur. Rapidement un projet immobilier se monte pour créer une Villa moderne et accueillante avec une alternative entre réhabiliter l’ancien ou démolir et reconstruire du neuf.
Les discussions et travaux préparatoires aboutissent en 1989 au choix du neuf. Le projet de 8,2 millions d’euros est basé sur une idée forte, tout le monde sera logé à la même enseigne avec vue sur mer pour renforcer le concept du vivre ensemble.
Parallèlement, en 1991, les bâtiments d’une autre ancienne maison familiale de vacances jouxtant la Villa Saint Camille, Santa Luce, sont acquis pour y aménager des logements sociaux.

L'extension et la professionnalisation de la démarche sociale de 1992 à 2002

  • Centre d’Aide à la personne

  • Dispositif PISTE d’accompagnement des personnes dépendantes de l’alcool

  • Chantiers d’insertion

  • Centre d’Adaptation à la Vie Active

2004 inauguration du CHRS par Nelly OLIN

2004 à 2016

La Villa Saint Camille a mis en place à Théoule depuis maintenant plus de 30 ans un concept original et rare en France, à savoir le vivre ensemble

  • Des personnes de tous horizons, non seulement peuvent vivre ensemble mais créent de formidables plus-values sociales.

  • Les personnes âgées peuvent partager des temps du quotidien, proposer la richesse de leur expérience de vie, donner l'attention bienveillante, échanger sur les valeurs de la vie et partager leur savoir faire. Se créent alors les bases d'un éclairage réciproque.

  • D’autres pourront parler en confiance, de souffrances, de ruptures, demander conseil ... parler à une personne susceptible de les écouter avec le moins d'a priori et de jugement possible... Cette configuration permet également une reprise de confiance en soi et dans la société.

2016 à aujourd'hui

L’association Villa Saint Camille est désormais adossée au GROUPE SOS.

L’Assemblée Générale de l’Association Villa Saint Camille à Théoule-sur-Mer (Alpes Maritimes) s’est adossée au GROUPE SOS, ce 28 novembre 2016.

Les 36 salariés de l’association bénéficient de moyens de formation mutualisés, d’opportunités de carrière et de mobilités facilitées au sein du GROUPE SOS (15 000 salariés). En rejoignant ce groupe associatif, l’association se dote d’un pôle d’expertise métier complet (soins, hôtellerie, animation, qualité, hygiène, diététique, communication) pour pérenniser et développer son projet associatif.

Les établissements GROUPE SOS Seniors favorisent la mixité sociale et proposent des prestations de qualité pour tous. L’accompagnement est personnalisé, des animations adaptées aux capacités de chacun sont organisées, les interactions avec l’environnement extérieur sont encouragées.

 

La Villa poursuit son œuvre : continue à accueillir et à accompagner de nombreuses personnes. Elle ne s’est pas détournée de son projet initial, le concept s’étant même bien au contraire approfondi. Les résultats sont au rendez-vous, preuve s’il en est que, malgré les difficultés, il est possible d’innover dans le domaine social.

La Villa Saint Camille

La Villa Saint Camille a développé un lieu regroupant des personnes d’âges et d’origines sociales les plus diverses, où la vie semble pouvoir repartir d’elle-même. Elle est un petit village à flanc de colline, s’ouvrant sur Ciel et Mer, où les solidarités naturelles s’expriment au jour le jour, où la vie coule naturellement parce que le mélange d’âges, de milieux sociaux, de cultures est lui-même porteur d'enrichissement naturel. La Villa est un lieu de vie où chaque personne est accueillie dans le respect de sa différence, de sa richesse d’être, de ses difficultés, de ce qui la constitue, et où chacun est invité à être acteur de ce vivre ensemble.

 

L’association gère 5 dispositifs d’accueil et d’accompagnement :

  • un CHRS de 64 places :

       → 43 places affectées à l’hébergement d’insertion des adultes et familles en difficulté,
       → 21 places affectées au Centre d’adaptation à la vie Active AAVA,

  • une Pension de famille,

  • une Résidence pour Seniors comprenant 20 chambres et une dizaine d'appartements,

  • un Centre de Vacances Familiales d’une quarantaine de logements.

La Villa Saint Camille est en partenariat avec la DDCS, le CCAS de la ville de Théoule, de Cannes et de Mandelieu.

RELEVER LE DÉFI DU GRAND ÂGE

Villa Saint Camille

68 Boulevard de la Corniche d'Or

06590 Théoule-sur-Mer

Face à la Baie de Cannes

Aéroport : à 40 minutes de l'aéroport de Nice

Gare : 4 minutes de la Gare de Théoule-sur-Mer

Autoroute à 15min : Sortie Mandelieu-La-Napoule-Théoule (Direction St Raphaël)

Accueil :

04 92 97 36 36

Rejoignez-nous

sur :

  • White Facebook Icon

© 2017 - Saverio MONFERRATO

Chargé de projets

GROUPE SOS

© 2017 - Géraldine BUCCI SCHOLER
Responsable communication

GROUPE SOS